• lundi , 26 août 2019

Air France à l’offensive dans la protection environnementale dans les zones où elle opère


La compagnie aérienne Air France Gabon a mobilisé son personnel samedi dernier pour une journée citoyenne dédiée à la préservation de l’environnement sur les sites de l’arboretum Raponda Walker et la plage Santa clara. L’ambition de cette randonnée d’entreprise consistait à susciter chez les employés l’appropriation de la lutte en faveur de la préservation des espaces naturels.
« Cette journée s’est déclinée en trois étapes : la première, une découverte de la forêt gabonaise qui est un bijou. En partenariat avec l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), nous avons découvert les trésors de cette forêt. La deuxième étape a été le nettoyage de la plage. On a ramassé plus de 5 m3 de déchets plastiques sur une plage qui fait à peu près 300 m. Et la troisième étape qui est très importante, c’est la transformation de ces déchets pour fabriquer des briques pour la construction. C’est tout un procédé qui nous a permis en brûlant le plastique et du sable de fabriquer des briques très rapidement en une demie heure », a indiqué Frédéric Descours, directeur général Air France-KLM Afrique centrale.

Cet engagement exécuté au jour de la célébration de la journée mondiale des zones humides (2 février), excellent prétexte pour marquer son engagement citoyen pour le développement durable dans les pays où elle opère, traduit pour Air France l’urgence d’œuvrer contre le réchauffement climatique.

Le Professeur Lee White de l’ANPN a reconnu les mérites de telles initiatives. « C’est important d’initier des visites de ce genre car on est tous acteurs de la vie au Gabon. Ils découvriront des pratiques usuelles pour réduire la dégradation de la planète. On sait tous que la planète souffre du réchauffement climatique mais il y a la pollution par les déchets qu’on jette partout. Ces déchets tuent les poissons, font disparaître les espèces aquatiques comme les baleines, tortues, dauphins et rendent plus acides les mers. On doit laisser une planète saine à nos enfants. », a rappelé le secrétaire exécutif de l’ANPN.

L’excursion dans la forêt et sur la plage s’est achevée par la transformation des déchets plastiques en briques. Une alchimie composée de déchets plastiques avec du sable chaud. « Cela montre qu’on peut recycler, trouver une utilisation rationnelle à ces déchets. Si on veut laisser une planète saine à nos enfants ou à nos petits-enfants. Il faut que tout le monde prenne soin de cette planète », a exhorté le Pr Lee White.

Articles similaires

Laissez un commentaire