• dimanche , 15 septembre 2019

Ali Bongo dans le Haut-Ogooué le 25 août : Laccruche Alihanga a-t-il menti aux altogovéens ?   

Image principale

Brice Laccruche Alihanga lors d’une de ses visites dans le Haut-Ogooué. © D.R

 

Alors qu’il faisait une sortie à Okondja le 19 juillet dernier, le directeur de cabinet du Chef de l’Etat s’était fait l’honneur d’annoncer une visite dans le Haut-Ogooué d’Ali Bongo à la date du 25 août 2019. A moins que cette visite ait eu lieu dans le strict secret ou encore que les populations aient été prises de troubles d’amnésie, la silhouette du président de la République n’a pas été aperçue dans sa province natale au jour indiqué.

Le protocole d’Etat qui ne s’est pas fait le relais de cette information, donne à penser que le collaborateur immédiat du président de la République n’exprimait là qu’un de ses vœux personnels. C’est à peu de choses ce à quoi on pourrait croire, dès lors qu’Ali Bongo ne s’est pas rendu dans le Haut-Ogooué.

Quelle crédibilité donner aux instructions reçues du Chef de l’Etat ?

S’il n’a pas évoqué une visite déprogrammée dans la province du Haut-Ogooué lors de son discours à la nation le 16 août dernier ni déléguer son directeur de cabinet dans les provinces, comme il s’apprête à le faire dans la Nyanga, Ali Bongo a certainement commis une imprudence. Son directeur de cabinet qui est soupçonné d’agir en lieu et place du Chef de l’Etat, accentue sur lui les soupçons de « diriger véritablement le Gabon », après l’absence constatée du président de la République ce 25 août dans le Haut-Ogooué.

Quelques soient les attelages dus à sa convalescence mis en place pour le représenter, Ali Bongo qui a conscience de la haute responsabilité de sa fonction devant le peuple connait les risques de laisser traduire ses instructions par des tiers. Le protocole d’Etat, seul habilité à indiquer ses déplacements est fatalement mis au banc de touche. Ali Bongo a-t-il oublié comment ça fonctionne ?  Quelles garanties a le peuple sur la crédibilité de « ses hautes instructions ? » 

Si la certitude chevillée au corps des collaborateurs immédiats du Chef de l’Etat d’un « Ali Bongo plus que jamais aux commandes de l’Etat » est une fois de plus remise en cause par cette absence dans le Haut-Ogooué, que valent les autres instructions prononcées ? Brice Laccruche Alihanga a-t-il pu mentir pour appâter les populations d’Okondja, département réputé frondeur ? Sans être de mauvaise volonté, il y a bien entorse à une pratique républicaine et du coup la vérité parait tout à fait éloignée.

Loin de servir de caisse de raisonnance aux activistes, ces déplacements du directeur de cabinet du Chef de l’Etat avaient été annoncés par Parfait Eyi, un influenceur Gabonais résidant en Europe. Il laissait entendre notamment que le directeur de cabinet du président de la République entreprendrait un tour du Gabon, en mode campagne électorale.

Si l’homme se dit prêt à assumer le conflit des idées au point d’être un fusible d’Ali Bongo, l’étiquetage à accoler à ce parcours à l’intérieur du pays est saupoudré de scepticisme quant aux instructions reçues du Chef de l’Etat à cause de ce « mensonge » servi aux altogovéens. Au délégant et au délégataire de faire la démonstration du contraire.

Articles similaires

Laissez un commentaire