• dimanche , 15 septembre 2019

Décès supposé d’Ali Bongo : La CNR à son tour marque son soutien à Jean Rémy Yama

Clay Martial Obame, lors de la lecture de la déclaration de soutien à Jean Rémy Yama, ce 6 juillet à Libreville. © D.R

Les propos du leader de Dynamique unitaire (DU), la puissante confédération syndicale, soutenant par son intime conviction qu’« Ali Bongo est mort, il n’existe plus », n’ont pas fini d’agiter des vagues. Partis politiques, associations et personnalités publiques et privées ont multiplié les marques de solidarité envers le syndicaliste à qui le ministre d’Etat en charge de l’Intérieur et de la justice a clairement adressé des intentions de poursuites pénales.

La Coalition pour la nouvelle république (CNR), regroupement de partis et personnalités soutenant Jean Ping, s’est invitée dans la liste de soutiens au syndicaliste. « La CNR estime que la déclaration de Jean Rémy Yama traduit l’exaspération du peuple et des travailleurs face à l’absence d’un interlocuteur capable d’apporter des réponses à leurs revendications. Elle exprime le sentiment général de la majorité des Gabonais sur le flou artistique que le pouvoir putschiste entretient sur la présence d’Ali Bongo au Gabon et sur sa capacité à assurer pleinement les fonctions de président de la République gabonaise », a déclaré l’un de ses porte-paroles Clay Martial Obame ce samedi à la résidence de Jean Ping.

La Coalition dit ne pas comprendre cette soudaine envie de sanctionner du Gouvernement, alors que « la mort de M. Ali Bongo Ondimba a été maintes fois évoquée par de nombreux médias et personnalités étrangers ».

De même, elle condamne avec fermeté l’enlèvement ce 4 juillet du couple Boundoukou, parents proches de Jean Rémy Yama. Des méthodes qu’elle juge « dictatoriales » qui participent plutôt à entretenir la psychose auprès des partenaires au développement, croit-elle savoir. Tout le contraire de ce qu’affirme le ministre de la justice. La CNR appelle non seulement à la libération du couple arrêté, mais exige également que cessent les menaces et intimidations à l’endroit de Jean Rémy Yama.

Dans son analyse, Clay Martial Obame relève que la solution à la crise profonde que traverse le Gabon est dans la reconnaissance de la vérité des urnes du 27 août 2016 dont Jean Ping est le vainqueur.

Articles similaires

Laissez un commentaire