• samedi , 23 novembre 2019

Gabon : Ali Akbar Onanga Y’Obegue exclu du PDG

Ali Akbar Onanga Y’Obegue recevant récemment le secrétaire général du PDG dans le département de le Lekoni Lekeri.© D.R 

Plongée dans une inimitié depuis son éviction du Gouvernement en janvier dernier, la relation entre Ali Akbar Onanga Y’Obegue, député du premier siège du département de Lékoni Lekeri (Akieni), et les instances du pouvoir s’est finalement soldée par une rupture.

Son éviction du Parti démocratique gabonais (PDG-Pouvoir) a été prononcée ce 1er août à Libreville par l’organe disciplinaire du parti. La faute à un post sur la page Facebook de l’ancien ministre de la Fonction publique, publié le 29 juillet dernier dont les propos « résultent d’une interprétation erronée des dispositions statutaires et réglementaires en vigueur et porte gravement atteinte à l’unité du parti. »

« En application des dispositions de l’article 101 du règlement intérieur du parti [..], le camarade Ali Akbar Onanga Y’Obegue député PDG du 1er siège du département de Lékoni Lekori est exclu du PDG pour atteinte à l’unité du parti et actes contraires à la probité. », a indiqué dans un communiqué Guy Benjamin Ndounou Mondo, président de la Commission permanente de discipline (CPD) du PDG.

Sans indiquer s’il a été entendu pour s’expliquer, la CPD a jugé en tout cas la faute suffisamment lourde pour le radier du parti. L’instance du parti a relevé des « déclarations tendant non seulement à semer de façon insidieuse, la confusion et la discorde dans les esprits des militantes et militants du PDG, mais aussi à remettre en cause la teneur du message du distingué camarade président traduit par le camarade secrétaire général à l’ensemble des militants lors de sa tournée nationale. »

Une faute de plus ?

Pour rappel, l’ancien membre du gouvernement a publié sur sa page Facebook un message qui semble contenir pour la CPD une explication subliminale lorsqu’on le lit entre les lignes. « Je viens de prendre part avec bonheur au week-end politique dans Lekoni Lekori ou avec d’autres camarades, nous avons réservé un accueil très chaleureux au camarade secrétaire général et à sa suite. Le secrétaire général, en sa qualité de seul remplaçant du Distingué camarade en cas d’empêchement, et de gestionnaire du parti au quotidien, nous a délivré le message du Distingué camarade président que nous avons écouté religieusement et entendu. J’étais heureux d’être là pour témoigner ma reconnaissance de son autorité déléguée sur le parti, la discipline étant l’apanage du bon militant », a écrit l’ancien ministre.

Pour certains internautes, ce message est clairement adressé à Brice Laccruche Alihanga, à la fois directeur de cabinet du président de la République, mais aussi du distingué camarade, pour s’être plusieurs fois présenté aux populations, du Haut-Ogooué notamment, sous les couleurs du parti, en affirmant avoir été envoyé par Ali Bongo.

Alors qu’il semblait dans l’œil du cyclone, cette exclusion n’a pas l’effet d’une surprise pour l’observateur avisé. Inexplicablement débarqué du Gouvernement alors qu’il faisait figure de personnalité d’influence du régime, tous ses proches ou personnalités pour qui il était le mentor ont tous curieusement subi le même sort. Thierry Abeloko, Liliane Ngari, pour ne citer que ceux-là.

En perdant de facto son mandat de député, celui qui récemment encore était entendu pour des questions d’enrichissement illicite s’expose manifestement à des poursuites judiciaires en cas de fait avéré, son immunité parlementaire étant levée.

Articles similaires

Laissez un commentaire