• samedi , 7 décembre 2019

Gabon/Coalition de l’opposition : Massavala Maboumba prend pour cible Jean Ping 

L'ex-ministre Massavala Maboumba lors de sa conférence de presse, le 9 novembre 2019 à Libreville.© L'Instantgabon

Fréderic Massavala Maboumba, le 9 novembre 2019 à Libreville. © L’Instantgabon

On le savait déjà distant de Jean Ping depuis sa sortie de prison en juin dernier. Frédéric Massavala Maboumba, vient de confirmer tous les soupçons à cet effet. Le porte-parole de la Coalition pour la nouvelle république (CNR, Opposition) a mis fin ce samedi 9 novembre, à tous les mystères et autres supputations à ce sujet lors d’une conférence de presse organisée à l’hôtel Triomphal de Libreville.

Massavala Maboumba a dit tout le mal qu’il pense de l’ancien candidat de l’opposition à la présidentielle de 2016. Comme tous les autres avant lui, l’ancien ministre d’Omar Bongo s’est lassé du discours maintes fois ressassé de la victoire supposée volée. « Pendant que nous parlons de l’élection présidentielle, les Gabonais doivent envoyer leurs enfants à l’école. Les Gabonais doivent s’assurer d’un repas quotidien. Les Gabonais doivent se soigner. Les Gabonais doivent se loger », a-t-il indiqué.

Pour Massavala, il est clair que la page du scrutin présidentiel est désormais tournée, cette bataille ayant été perdue depuis la confirmation de la victoire d’Ali Bongo par la cour constitutionnelle. Les priorités pour lui sont désormais ailleurs et elles doivent avant tout viser le bien-être des Gabonais qui n’en ont que faire des querelles des politiques.

La rencontre avec Laccruche Alihanga ?

Alors qu’elle faisait jaser depuis quelques temps, Fréderic Massavala Maboumba justifie que sa rencontre avec l’ex-directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba, lors de sa tournée provinciale dans la Ngounié n’était nullement un signe de ralliement au pouvoir. Elle s’inscrivait plutôt dans le cadre d’un plaidoyer pour le dégèle de ses avoirs bloqués, mais aussi pour la libération de tous les autres opposants encore en prison. Mieux, elle s’inscrivait dans un signe d’ouverture. En claire, l’homme qui, jusqu’ici haranguait encore les foules contre le régime de Bongo, se pose désormais en opposant conciliant.

S’il s’est dit partiellement assisté par Jean Ping, alors qu’il était malade, Frédéric Massavala Maboumba par cette sortie porte un nouveau coup dur au leader de l’opposition, de plus en plus isolé par ses amis d’hier au nom des intérêts personnels des uns et des autres.                                                                                                      EM

Articles similaires

Laissez un commentaire