• dimanche , 25 août 2019

Gabon : Eric Dodo Bounguendza pour la survie du PDG

Eric Dodo Bounguendza, lors de l’étape de l’Estuaire, le 8 août 2019 à Libreville. © D.R

L’étape de l’Estuaire qui a clos la tournée initiée par le secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG-Pouvoir) à travers le pays, a pris fin sur une invite à œuvrer pour l’immortalité du parti adressée aux militants. Eric Dodo Bounguendza qui s’est du reste dit touché par l’accueil et les vivats à son honneur, a placé au cœur de son message l’appel à redoubler de détermination pour ce parti qu’il a dit être le seul à refléter l’unité nationale, contrairement à d’autres plutôt à tendance régionaliste, ethnique ou familiale.

Capable de trouver à chaque fois un second souffle, même lorsque les analystes lui prédisent une mort certaine, le PDG, a-t-il dit, vit à nouveau. Pour le secrétaire général, les générations appelées à poursuivre cette œuvre de survie du parti devraient s’approprier toute sa philosophie. C’est en cela qu’il a expliqué, pour faire œuvre pédagogique, la symbolique de l’emblème du PDG : la main blanche et tous ses artifices.

Le ton grave par moment, il s’est particulièrement montré dur envers les fédéraux dont le dynamisme est décrié par la base militante. « On va les changer », a-t-il sèchement annoncé, indiquant qu’ils disposent encore d’un petit temps pour suivre le rythme.

S’il a appelé à redoubler de dynamisme, Eric Dodo Bounguendza n’a pas manqué de suggérer aux militants de Libreville, Owendo et Akanda d’être les précurseurs de la cohésion au sein de la société gabonaise.  « Vous savez l’amour n’est pas obligatoire, mais quand on adhère au PDG l’acceptation de l’autre est obligatoire », a-t-il indiqué.

Pour Dodo Bounguendza, Ali Bongo, distingué camarade du parti, a besoin d’un parti plus uni et dans la cohésion. Ses militants, a-t-il soutenu, doivent accepter de travailler ensemble pour relever le challenge de soutenir le camarade président dans la politique qu’il met en œuvre au profit des populations. C’est un aspect à intégrer et qui appelle à une prise de conscience dans tout ce que font les militants, a-t-il relevé.

C’est sur une note de mystère qu’il a clos son propos. Il a fait observer qu’en plus des éléments figurants sur l’emblème du parti, avec chacun une explication, l’oriflamme du parti renferme des notions de pouvoir, d’énergie, de modernité et de puissance. Seulement, « là où c’est caché je ne peux vous le dire », a conclu Eric Dodo Bounguendza, le secrétaire général du PDG.

Articles similaires

Laissez un commentaire