• samedi , 23 novembre 2019

Gabon : les routes Pk7-Terre nouvelle et Pk8-deux écoles livrées

Image principale

Léandre Nzué sur les voiries réceptionnées ce mercredi à Libreville. © D.R

Le maire de Libreville, Léandre Nzué, a réceptionné ce mercredi les voiries pavées du Pk7-Terre nouvelle et Pk8- « Deux écoles », au nom de la Mairie intervenant en qualité de maitre d’ouvrage. Les travaux lancés en mars 2018 et janvier 2019 ont été réalisés par les PME locales SZTC et Coprim sous la supervision de la CNTIPPEE, maitre d’ouvrage délégué.

Ces réalisations qui s’inscrivent dans le cadre du Projet de développement des infrastructures locales dans sa phase 2 (PDIL2) procèdent d’un financement de la Banque mondiale né d’une convention signée avec l’Etat gabonais à travers le CNTIPPEE. Le lot 1, c’est-à-dire Pk7-Terre nouvelle, est un tronçon long de 810 mètres pour un coût total d’environ 1 milliard de francs CFA. Le lot 2, long de 588 mètres a valu pour sa part 650 millions de francs CFA.

La cérémonie qui a consacré la réception de ces infrastructures s’est déroulée à la mairie de Libreville. L’édile de la capitale a dit sa joie de réceptionner un ouvrage achevé.  « Ces routes que je réceptionne aujourd’hui viennent à point nommé, car elles vont permettre non seulement de désenclaver les quartiers, mais également de fluidifier la circulation pour les riverains comme pour les milliers de personnes qui y circulent. En leurs noms et au nom du conseil municipal de Libreville dont j’ai la charge, je vous adresse mes sincères remerciements. Aucun pays ne peut se développer sans routes. Nous savons tous que la route est un facteur de développement. Face aux enjeux économiques que nous impose aujourd’hui la mondialisation, nous devons nous concentrer sur les points clés de notre développement et travailler ensemble de manière intensive sur la promotion des projets structurels qui visent la construction d’un Gabon moderne, d’un Gabon émergent. », a-t-il indiqué

Pour Alice Ouedraogo, la représentante de la Banque mondiale au Gabon, ces infrastructures viennent améliorer l’accès aux infrastructures et services urbains dans certains quartiers peu ou pas desservis. « Le PDIL s’inscrit en ligne droite avec le Plan stratégique Gabon émergent (PSGE) qui vise l’amélioration des conditions de vie des populations Gabonaises. Le projet contribue également aux objectifs de la Banque mondiale qui sont la réduction de la pauvreté et la croissance partagée. Ce projet contribue également à la réalisation des objectifs de développement durables du système des nations unies », a confié la diplomate.

Elle a cependant appelé à « tirer des enseignements tant sur la mise en œuvre technique que sur les aspects sécuritaires afin que cette nouvelle expérience acquise puisse être utilisée au profit de certains chantiers prévus dans les autres villes du Gabon. L’occasion nous est d’ailleurs donnée d’exhorter le Gouvernement à régler les litiges qui peuvent entacher les risques réputationnels du Gouvernement et de la Banque mondiale. »

Il faut rappeler que le PDIL est actuellement dans sa phase 2, après la première conclue entre 2006 et 2011.

 

 

Articles similaires

Laissez un commentaire