• dimanche , 20 octobre 2019

Gabon/Recensement de la Fonction publique : Le devoir de sensibilisation du Synatrass et du Synapf

Les agents affiliés aux Synatrass et au Synapf ce mercredi 11 septembre à Libreville. © L’Instantgabon

Le Syndicat national des travailleurs du secteur social (Synatrass) et le Syndicat national des professionnels de la famille (Synapf) ont relayé ce mercredi auprès de leurs adhérents respectifs le message du Gouvernement invitant les travailleurs émargeant au compte de l’Etat à se soumettre au recensement biométrique qu’il a initié.

Les deux entités syndicales, réunies au cours d’une assemblée générale conjointe à Libreville, ont appelé les agents de l’Etat du ministère des Affaires sociales à se faire identifier sur les deux sites retenus à cet effet : Le complexe social Benoit Messani et derrière Air France. L’opération, ont-ils relevé, est échelonnée sur 15 jours, à raison de 40 personnes par kit d’enregistrement par jour.

« On a épousé la position du Gouvernement pour l’accompagner dans cette activité, parce qu’aujourd’hui il faut reconnaitre que le fichier de la Fonction publique n’est pas maitrisé jusqu’à ce jour. Et donc le recensement biométrique contrairement au recensement antérieur passerait mieux auprès des partenaires sociaux que nous sommes », a laissé entendre Vivien Ibingimougongou, le secrétaire général du Synapf.

Même s’ils estiment de trop ce recensement qu’ils soupçonnent avoir des visées cachées, les leaders syndicaux ont tout de même prescrit à leurs collaborateurs de se faire recenser par mesure de prudence.

Autre point évoqué : l’alignement des agents des Solidarités nationales dans les Fonds communs dont bénéficient seuls les agents de l’Economie et des finances. Cette corporation désormais affiliée au ministère de l’Economie dénonce un traitement à géométrie variable.

« Nous constatons malheureusement que le ministre ne nous a jamais reçu. Nous avons essayé de demander des audiences, nous n’avons jamais été reçus. Ça me désole quand j’entends le secrétaire général de la Fonction publique affirmer honteusement que le dialogue social se poursuit dans les administrations. Peut-être avec d’autres, mais au niveau des Solidarités nationales, ni le ministre délégué, ni le ministre plein ne nous a reçu pour qu’on parle des Solidarités nationales. Et donc avec les collègues, nous allons décider, nous allons prendre nos responsabilités parce que nous avons jusque-là gardé le calme, nous avons été patients, nous avons écrit, nous n’avons toujours pas de réponse. Il a fallu que je me déplace pour aller rencontrer le directeur de cabinet, lui rappeler que nous avons une correspondance ici, c’est à ce moment que sa particulière trouve nécessaire de nous appeler pour nous dire que le dossier a été confié à madame le secrétaire général. C’est l’occasion pour nous de demander à madame le secrétaire général de nous appeler, parce que les points qui sont contenus dans ce document nous tiennent à cœur. Si à la fin du mois de septembre, on ne nous prend pas en compte, on comprendra que ce mariage n’a pas lieu d’être et nous prendrons nos responsabilités. Nous attendons également la rentrée scolaire ; Nous aurons une grande assemblée générale, parce que tous les agents des structures de formation, c’est-à-dire des Centres d’éducation préscolaire et Halte-garderie sont en vacances », a confié Roger Ondo Abessolo du Synatrass.           

Articles similaires

Laissez un commentaire