• lundi , 26 août 2019

Gabon : Un DG abandonne son personnel

Le DG fantomatique de l’AEAFFB, Harnold Jean-Marie Ntoutoume. © D.R

Privée d’électricité pour des impayés de loyer, l’Agence d’exécution des activités de la filière forêt-bois (Aeaffb), dont le siège se trouve au quartier Louis, fonctionne depuis six mois sans son directeur général, qui en conséquence a fait le choix de délocaliser uniquement son bureau et celui de sa secrétaire pour s’installer dans les locaux du Projet d’appui à la filière bois à Batterie 4.

Harnold Jean-Marie Ntoutoume qui a complètement rompu le lien professionnel avec ses collaborateurs, n’a pas non plus la préoccupation des salaires impayés du personnel, puisque les employés de l’Agence cumulent plus 20 mois d’arriérés de salaires. En plus de percevoir par intermittence des salaires arbitrairement réduits, ces cadres de l’administration qui ne demandent qu’à travailler perçoivent par occasions des bribes de leurs salaires respectifs de 5, 10 ou 20%, quand d’autres même ne perçoivent rien du tout. Une vraie répartition à géométrie variable, clament ces employés « orphelins » de leur DG.

Une situation indéniablement drapée d’un manque de lisibilité sur la gestion financière de l’entreprise. On évoque à ce propos une dette culminant à 70 millions FCFA environ chez Alliance, leur bailleur. C’est palette de carences qui avait déjà forcé l’intervention du ministre de tutelle de l’époque, Guy-Bertrand Mapangou il y a un peu moins de deux mois. « Lorsqu’on parle à un enfant au corps de garde, il doit savoir écouter », avait-il dit d’un ton exaspéré. On parle de trois cas d’AVC dont un décédé ces derniers temps au sein de l’entreprise. Si la corrélation n’est pas clairement établie, on s’interroge toutefois sur les capacités des uns et des autres à surmonter les difficultés afin de faire face aux maladies éventuelles.

Un rappel à l’ordre qui ne semble pas avoir produit les effets escomptés. Rien jusqu’à présent n’est entrepris, du moins dans les apparences, pour essayer de ramener ne serait-ce que l’électricité pour que reprenne le travail. Et le problème semble bien plus sérieux, puisque les attributions renforcées de cette structure, après avoir hérité des missions du Fonds forestier national aujourd’hui dissout, lui donne un statut majeur dans l’activité forestière du Gabon.

Nommé le 27 octobre 2017, M. Ntoutoume semble peu se soucier des attentes placées en lui. Le scandale lié au Kevazingo où la structure placée sous sa responsabilité aurait pu jouer une partition importante dans la stratification des responsabilités, est complètement étrangère au dossier.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire