• dimanche , 15 septembre 2019

Indépendance An 59 : Les caméras interdites de filmer la marche d’Ali Bongo

Image principale

Cameras interdites de filmer la marche du Chef de l’Etat. Capture d’écran L’Instantgabon. com

Les reporters d’images ont été interdits de filmer la marche du président de la République à son arrivée à la tribune officielle le 17 août dernier, jour anniversaire de l’Indépendance du Gabon. Si on en croit le reportage réalisé par le journal Afrique de TV5 monde sur la parade militaire, des agents de la Garde républicaine postés derrière chaque cadreur ont imposé qu’il ne soit filmé que son arrivée à bord du command car, l’arrêt effectué pour la salutation du drapeau et ensuite lorsqu’il serait installé à la tribune officielle.

Si dans le reportage on peut entendre un militaire dire « baissez votre caméra », et entendre un agent disant: “Vous ne pouvez pas travailler là”, les cadreurs rencontrés ont bien reconnu avoir eu toutes les peines du monde à exercer librement leur métier, car placés sous le contrôle des agents de GR, qui veillaient à empêcher la prise de l’image du Chef de l’Etat parcourant le tapis rouge pour les honneurs militaires avant de regagner la tribune officielle.

Les collaborateurs d’Ali Bongo et ses partisans ont certainement une raison pour justifier le choix d’adjoindre à chaque cameraman un agent de la GR. Car c’est évident, l’attitude a tout pour inciter au doute sur ses aptitudes, pour cette fois motrices, à diriger le pays. Sinon pourquoi tenter d’empêcher la prise de ces images si au demeurant tout va bien et qu’il est plus que jamais aux commandes comme le répète à l’envie ses fidèles ?

Pourtant des images prises visiblement à l’aide de téléphones portables depuis la tribune officielle circulent sur les réseaux sociaux et montrent un Ali Bongo se déplaçant avec peine pour atteindre la tribune officielle. Ce sont certainement ces images que la GR ne voulaient pas voir se répandre.

L’interdiction de filmer le pas du Chef de l’Etat participe au final de la réduction aussi bien des marges de la liberté de la presse, mais aussi amenuisent le capital confiance suscitée par son intervention de 11 minutes la veille, son record depuis qu’il a été atteint de l’AVC en octobre 2018 en Arabie saoudite, sont à tous égards contreproductifs.

Articles similaires

Laissez un commentaire