• dimanche , 15 septembre 2019

Le secrétaire général de l’Assemblée nationale réfute toute accusation portée contre lui par une note vocale supposant des troubles ce 17 août

Image principale

Constant Paillat, le secrétaire général de l’Assemblée national. © D.R

Mis à l’index dans la note vocale d’un quidam abondamment diffusée sur les réseaux sociaux, évoquant l’annonce de troubles programmés dans le pays au jour du 17 août, fête de l’Indépendance du Gabon, le secrétaire général de l’Assemblée nationale a fait savoir qu’il « ne se reconnait nullement dans ces allégations mensongères diffusées par des esprits malveillants qui n’ont aucun autre but que celui de semer la psychose et les troubles au sein de la communauté ».

Constant Paillat à qui l’auteur de cette note attribue l’origine de l’information a vivement réagi ce vendredi à travers une mise au point écrite pour s’insurger contre l’accusation faisant de lui l’auteur d’un appel téléphonique qui « aurait recommandé à la mère de l’initiateur de ladite note vocale de voyager parce que le 17 août ne sera pas comme vous pouvez le penser ».

Si l’auteur de ce support tente de dissuader les populations de sortir de chez eux le 17 août, le secrétaire général de l’Assemblée nationale exhorte en revanche « les uns et les autres à plus de vigilance face aux âmes perfides tapies dans l’ombre ». Pour Paillat, « cette note pernicieuse, équivoque et sans fondement n’appellerait aucune réaction des personnes auxquelles il est fait allusion si ce n’était pour éviter toute interprétation malencontreuse ».

Se décrivant loyal et constant dans ses engagements, le secrétaire général de l’Assemblée nationale a précisé n’agir que « sur les instructions du président de cette institution ». Faustin Boukoubi, le président de l’Assemblée nationale, que le secrétaire général présente comme un homme épris de paix et fervent démocrate, ferait du dialogue son partage, tout comme l’unité nationale et la consolidation de la cohésion sociale qui constitueraient son leitmotiv quotidien.

Autant pour le président de l’Assemblée nationale qui prend une part active aux festivités marquant l’accession du Gabon à la souveraineté internationale, Constant Paillat assure également célébrer ce moment avec sa famille présente à Libreville. Sa préoccupation, fait-il remarquer, est la préparation de la prochaine rentrée parlementaire au titre de la deuxième session ordinaire de l’année 2019.

Articles similaires

Laissez un commentaire