• samedi , 7 décembre 2019

Remaniement du gouvernement : La bande à Laccruche dehors !

Image principale

Les ministres virés du gouvernement ce 2 décembre 2019.© montage L’Instantgabon. com

La descente aux enfers pour Laccruche Alihanga et ses protégés est visiblement réelle. Débarqué de son poste de directeur de cabinet du président de République où il faisait office de président de fait, son passage au gouvernement aura duré le temps de quelques audiences accordées.

En compagnie de ses « frères du crime », le chef de l’Association des jeunes émergents volontaires (Ajev) qui s’apparente à ce jour à un cartel de Faymans, viennent de quitter le gouvernement. Sur instruction d’Ali Bongo, le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, a décidé de les virer du gouvernement.

Brice Laccruche Alihanga, Tony Ondo Mba, Noël Mboumba, Roger Owono Mba, Ernest Mpouho Epigat, ainsi que Jean-Fidèle Otandault (du Mogabo) ont pris la porte, alors que les membres de l’Ajev sont pris en chasse depuis quelques temps pour des raisons de malversations financières.

Si la logique suit son cours, ces personnes devraient être arrêtées à leur tour. La toile mis en place pour ruiner la République a manifestement dévoilé sa structure. L’arrogance qui avait gagné leurs affidés va certainement laisser place à un peu plus de respect. Le cash flow entièrement entre leurs mains, pourra à nouveau s’ouvrir à tout le monde. Un soupir de libération pour les jeunes entrepreneurs qui n’avaient pas fait allégeance à cette association.

On notera tout de même dans ce remaniement ministériel, le retour en grâce de certains inconditionnels d’Ali Bongo, comme Lambert Noël Matha qui retrouve le ministère de l’Intérieur. Celui de Pascal Houangni Ambourouet qui prend les commandes de l’Energie et Cramen Ndaot, à la Promotion des investissements, tous deux de l’Ogooué-Maritime, signe d’un remplacement numérique des ressortissants de cette province, après l’éviction d’Otandault et Mboumba.

De même, de nouvelles têtes font leur entrée. Erlyne Antonella Nembet épse Damas, prend les rênes de la Justice. Elle devrait être sans complexes pour coordonner le jugement d’anciens membres du gouvernement, car n’ayant pas été leur collègue. Présentée comme une téméraire, sa réputation dans la conduite de ce dossier ne devrait pas écorner sa réputation.

Le juteux ministère des Transports, des Infrastructures, des TP et de l’Habitat est cédé au nouvel entrant, Léon Bonda Balonzi, de même que celui du pétrole, du Gaz, des hydrocarbures et des Mines placé sous la conduite, là aussi d’un nouveau, Vincent de Paul Massassa. Aux Eaux et Forêts, Sévérin Mayounou s’invite au poste de ministre délégué.

On retiendra qu’il s’agit d’un remaniement opéré en l’espace d’un peu moins de trois semaines. Le nouveau gouvernement est une équipe de 30+1.

Articles similaires

Laissez un commentaire