• dimanche , 25 août 2019

VIH/Sida : Jean Valentin Leyama indigné par le traitement « banale » de l’information des 11 mille faux tests du VIH détruits

Jean Valentin Leyama appelle également à l’ouverture d’une enquête par le parquet sur l’affaire des 11 mille faux tests de VIH. © D.R 

L’ancien directeur de cabinet adjoint du président de la République a vivement réagi récemment face au peu d’intérêt manifesté à la suite de la destruction de 11 mille faux tests de VIH. Jean Valentin Leyama, dont les propos ont été rapportés par le média en ligne Gabonactu, a dit son étonnement suite au traitement pour le moins « banale » de l’information autour de la destruction d’une aussi grande quantité de faux tests du VIH.

« Donc, 11000, je dis bien, onze mille faux tests du VIH ont été détruits. L’info est parue de manière banale dans la rubrique Faits divers du Quotidien l’Union. La gravité de cette affaire méritait pourtant la Une du journal ! C’est peu dire (…) des tests VIH retirés du marché puis incinérés à Akournam », a regretté l’ancien collaborateur du Chef de l’Etat.

Face à ce qu’il a considèré comme un scandale, l’homme a pensé qu’ils sont certainement nombreux à avoir été diagnostiqués séronégatifs par la faute de ces faux tests, alors qu’ils sont positifs. De ce fait, il a préconisé que ces personnes soient rappelées et soumises à nouveaux à d’autres tests, afin d’éviter la propagation de cette dangereuse maladie, préconisant l’ouverture d’une enquête par le parquet de la République pour mettre la lumière sur ce nouveau scandale.

Il a du reste déploré l’approche des autorités gabonaises, notamment le ministère de la Santé qui semble avoir voulu en faire un secret de polichinelle. « D’ordinaire, lorsqu’un produit ou un médicament, le lait, les couches, le poulet, par exemple, est impropre à la consommation, le public est informé par communiqué. Et, en l’espèce, silence radio. Mais diantre, c’est une question de vie ou de mort, un problème de santé publique », a-t-il pesté.

EM

Articles similaires

Laissez un commentaire